" > [ITW CFOOT] UMS DE LOUM OUMAROU SOKBA : « C’EST UNE PAGE TRÈS OBSCURE DE MA VIE » – CFOOT MAG
Connect with us

CAMEROUN

[ITW CFOOT] UMS DE LOUM OUMAROU SOKBA : « C’EST UNE PAGE TRÈS OBSCURE DE MA VIE »

Sharinc is caring

Le nouvel entraîneur de Fauve Azur (Elite Two) est revenu sur son passage éclair à UMS de Loum, et notamment sur ses rapports avec le président Pierre Kwemo.

À la fin de votre collaboration avec Apejes Académie, vous nous confiez vouloir vous consacrer à votre famille et votre métier d’enseignant d’EPS ; Racontez nous un peu comment s’est déroulée votre signature avec Ums

« C’est vrai que j’avais décidé de ne plus parler de ce triste passé, mais il faut dire que ma signature à UMS s’est déroulée avec beaucoup de précipitation. Entre mes premiers contacts avec le président et mon engagement dans la foulée, il ne s’est pas écoulé assez de temps. C’était un “mauvais mariage” »


Vous saviez pertinemment Pierre Kwemo difficile et redoutable. Qu’est ce qui a fait la différence pour que vous acceptiez sa proposition ?


« Vous savez je suis un jeune entraîneur et j’ai encore une marge de progression. Il était question pour moi de découvrir autre chose que ce que j’ai vécu à Apejes, sortir un peu de ma zone de confort de Yaoundé et enrichir mon expérience. Je savais aussi que UMS avait des joueurs de qualité avec qui on pouvait faire de bons résultats. Il y avait une finale devant nous et c’était donc un challenge plutôt excitant. »


Et l’argent dans tout cela coach… N’était-il pas une source de motivation supplémentaire ?


« Contrairement à ce que peuvent penser les gens, l’argent n’a jamais motivé ma signature à UMS de Loum. La preuve c’est que le président voulait que je signe deux ans, j’ai refusé et j’ai privilégié un court accord d’une saison. J’ai plus été motivé par le challenge, car en plus je retrouvais certains de mes joueurs avec lesquels j’ai travaillé dans mon ancien club. »

Combien vous a-t-il payé donc à la signature ?

«hahaha… (Rire) Je n’ai pas pris grand-chose. »

Vous y arrivez à quelques jours seulement d’un match important… Avez-vous senti les joueurs impliqués ?

« J’ai l’avantage d’avoir un nom au Cameroun. Que ce soit les joueurs ou les dirigeants, je suis quand-même un peu connu. À mon arrivée, les joueurs avaient un bon écho de moi. Avec la chance que certains dans l’effectif étaient mes anciens poulains à Apejes. Je n’ai donc pas eu de réticence de la part des joueurs; au contraire, les gars étaient en symbiose avec mes principes et mes méthodes. Nous étions partis pour bien collaborer, hélas… »

À quel moment est intervenue la cassure entre Monsieur Kwemo et vous ?

« On joue la Supercoupe à Bafoussam, et au début de la rencontre, il fait asseoir son secrétaire sur mon banc de touche, chose que je n’apprecie pas mais je digère. Entre la 15e et la 20e minute du match, le secrétaire m’approche et me dit de remplacer le joueur Tombi Alemi sur ordre du président. Chose que je refuse, lui demandant de dire au président d’attendre au moins la mi-temps. Le président n’a pas digéré ce refus d’obtempérer et à la mi-temps il appelle le SG et lui demande de me passer le téléphone. Ça aussi je le refuse, disant ne vouloir parler qu’à mes joueurs et pas au président. À ce moment donc, il est venu dans les vestiaires et on s’est dit des mots pas courtois. Et directement j’ai compris que j’étais au mauvais endroit et qu’il fallait plier bagage à la fin du match. Et c’est ce qu’il s’est passé. »

Que regrettez-vous de ce passage à UMS ?


« Déjà le choix en lui-même, car j’ai fragilisé certaines de mes amitiés. J’ai déçu beaucoup de personnes qui me respectaient et n’étaient pas d’accord avec ce choix de m’engager avec Monsieur Kwemo, j’ai écorché ma côte de popularité. Je regrette d’avoir déçu beaucoup de personnes. »

Et votre nouveau club (Fauve Azur)… Un sacré challenge n’est-ce-pas ?

« Effectivement ! J’ai discuté pendant deux semaines avec les dirigeants du club, J’ai été au stade voir un de leur match, et je me suis rendu compte qu’il y avait quand-même de la matière. Après le président NYA m’a présenté un projet qui m’a semblé intéressant, alors je me suis lancé. C’est un challenge excitant car l’équipe est actuellement dernière du classement en Elite Two et nous devons assurer le maintien. J’ai fait venir quelques joueurs pour renforcer l’effectif, alors je ne doute pas un seul instant de notre maintien en Elite Two. »

Le premier magazine 100% football au Cameroun

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A VOIR AUSSI DANS CAMEROUN