" > HUGO BROOS GAGNE SON PROCÈS CONTRE LA FECAFOOT – CFOOT MAG
Connect with us

EDC MASCULINE

HUGO BROOS GAGNE SON PROCÈS CONTRE LA FECAFOOT

HUGO BROOS GAGNE SON PROCÈS CONTRE LA FECAFOOT

Sharinc is caring

Vainqueur de la CAN 2017 à Libreville avec le Cameroun, le technicien belge avait été limogé quelques mois plus tard. La Fécafoot a dû lui verser environ 170 000 euros d’arriérés de salaires.

Son arrivée sur le banc des Lions Indomptables avait déchaîné une vague de critiques souvent injustifiées, parfois d’insultes et de remarques de mauvaise foi. Une partie de la presse camerounaise s’était alors érigée en porte-parole d’une opinion publique qui ne voulait pas d’un «vieux blanc», selon elle ne connaissant rien des réalités du football africain…

Un an plus tard, le natif de Humbeek, qui avait alors 65 ans, remportait la Coupe d’Afrique des nations aux dépens de l’Egypte (2-1). Une cinquième couronne inattendue mais méritée après 1984, 1988, 2000 et 2002. Dans un mouvement prévisible, les médias de son pays d’adoption jusqu’alors réfractaires lui faisaient même allégeance, saluant son bon travail, accompli en l’absence de certains joueurs qui avaient renoncé juste avant le tournoi, comme Choupo-Moting. Mais il était dit que ce mariage ferait long feu.

Le 4 décembre 2017, le président du comité de normalisation de la Fécafoot décidait de limoger l’ancien coach d’Anderlecht, du FC Bruges, de Trabzonspor et de la JS Kabylie. Fin de l’histoire ? Pas tout à fait puisque le Belge, considérant qu’il s’agissait d’une rupture de contrat abusive, a porté l’affaire devant l’une des commissions de la FIFA afin de réclamer des indemnités à hauteur de 974 millions de Francs CFA ! La Fecafoot, de son côté, n’évoquera que des arriérés de salaires (114 millions de FCFA).

Broos a d’abord été débouté, il y a quatre mois, par la FIFA, avant de saisir une commission de recours. La deuxième tentative ne lui a en définitive accordé que ses salaires. La Fécafoot -et plus largement l’Etat camerounais- s’est acquittée il y a quelques jours de 114 millions de FCFA, soit 170 000 euros environ, ainsi que des arriérés de son adjoint. En cas de refus, la FIFA brandit il est vrai la menace d’une suspension de toutes les compétitions internationales…

Loin d’être un cas isolé

Le cas de Broos n’est malheureusement pas isolé au pays des Lions Indomptables, ni même ailleurs : d’autres avant lui, et même après lui, ont été dédommagés ou demandent à l’être après avoir été écartés : Volker Finke, Denis Lavagne aussi. Clarence Seedorf et Patrick Kluivert, qui étaient sur le banc lors de la dernière CAN en Egypte, ont quant à eux entamé des démarches en ce sens pour des montants beaucoup plus élevés puisqu’on parlerait de milliards de FCFA…

Tel est donc le risque (calculé ?) pris par les autorités de tutelle, Ministère et/ou fédérations, lorsqu’elles engagent un technicien -souvent non national- puis qu’elles décident ensuite de rompre unilatéralement le contrat qui les lient, pour des raisons qui leur appartiennent, liées le plus souvent à la performance. Ces situations conflictuelles existent aussi avec des coaches du cru mais il leur est souvent bien difficile d’obtenir réparation du préjudice salarial. Enfin, la publication des salaires, agités par les médias, crée souvent des tensions fortes auprès d’une population qui n’accepte pas qu’un technicien expatrié soit payé autant, surtout s’il refuse de résider durablement dans le pays qui l’emploie…

France Football

Le premier magazine 100% football au Cameroun

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A VOIR AUSSI DANS EDC MASCULINE