" > FEUTCHEU FC – SONER ERDURMUS : «JOSEPH FEUTCHEU M’A MENTI» – CFOOT MAG
Connect with us

CAMEROUN

FEUTCHEU FC – SONER ERDURMUS : «JOSEPH FEUTCHEU M’A MENTI»

FEUTCHEU FC – SONER ERDURMUS : «JOSEPH FEUTCHEU M’A MENTI»

Sharinc is caring

Après moins d’un mois passé au sein de l’encadrement technique de l’équipe de Bandjoun, le nouvel entraîneur a complètement disparu des radars après quelques matchs avec Feutcheu FC. En essayant de comprendre l’imbroglio autour de son bref passage dans le club de Joseph Feutcheu, nous sommes allés retrouver le technicien turc chez lui, non loin d’Istanbul en Turquie. Quel était son rôle au sein du club?  Que s’est-il passé ? Pourquoi a-t-il quitté le Cameroun ? Quand compte-t-il revenir ? Soner Erdurmus brise le silence et nous révèle tout dans cette enquête.

«Votre président veut tout gratuitement» : c’est avec cette phrase que nous a accueilli Soner Erdurmus lorsqu’il a été approché par notre correspondant en Turquie. Plutôt calme et serein, le technicien turc semblait pourtant  mal alaise à aborder le sujet Feutcheu fc, car selon lui, les choses se sont faites en marge des coutumes dans le monde du football : «En arrivant au Cameroun, j’avais la certitude que tout allait bien se passer. Mais j’ai très vite été déçu par la tournure des événements.  J’ai présenté tous mes documents et mes diplômes au président, mais il n’a jamais accepté que nous nous engagions sur la base d’un contrat.» S’il est évident que les choses se sont plutôt mal passées entre les deux hommes, il est aussi nécessaire de comprendre comment en est-on arrivé là.

Que s’est-il passé ?

À son arrivée au Cameroun le 09 février dernier, Erdurmus était annoncé comme patron du banc de touche de Feutcheu fc. Comme un symbole d’une arrivée messianique, le club s’impose le lendemain face à Young Sport Academy de Bamenda (4-2) avec le technicien turc présent, dans les gradins.  Il va après cette rencontre diriger les séances d’entraînement qui vont suivre, et même les matchs. Dans le deal de son arrivée au Cameroun, il était question qu’il facilite en même temps le transfert de joueurs de la Turquie pour Feutcheu et inversement. Mais confronté au refus du président Joseph Feutcheu de signer un contrat avec un salaire bien défini, Soner Erdurmus sera aussitôt refroidi : «On ne peut pas fonctionner sans contrat; le président veut tout gratuitement. Il a recruté un nouvel entraîneur quelques jours après mon arrivée, je n’ai pas apprécié mais je n’ai rien dit. Tout ce qu’il voulait et veut toujours, est que je fasse transférer des joueurs. Il ne parle pas d’argent. On ne fonctionne pas comme ça» explique le technicien turc qui selon toute vraisemblance semble avoir été entourloupé par le malin Joseph Feutcheu.

Quel était son rôle ?

Entraîneur de formation, Soner Erdurmus explique être effectivement arrivé au Cameroun pour jouer le rôle d’entraîneur principal du club, mais aussi comme indiqué plus haut, faciliter les transferts de joueurs. Il soutient que le président aurait utilisé cette double casquette pour le manipuler : «ma place c’est sur le banc de touche, c’est ce que je sais faire. Mais le président a voulu m’utiliser comme agent de joueurs, or ce n’était pas ce qu’on s’était dit quand je quittais la Turquie pour le Cameroun. Le président a voulu m’utiliser. Et jusqu’à ce jour il me parle uniquement de transferts des joueurs. Je suis très déçu.»

Actuellement en Turquie, Erdurmus travaille toujours sur d’éventuels transferts, et indique que Joseph Feutcheu quant à lui reste fidèle à sa logique d’escroquerie :«Je suis rentré en Turquie pour négocier des transferts de joueurs. Il était convenu à mon retour pour la Turquie que je transfère deux joueurs à Feutcheu. Tout a déjà été fait ici pour les joueurs à mes frais, j’ai envoyé un rapport, mais je n’ai eu aucun retour. Je suis encore en négociation avec d’autres clubs ici pour faire venir quelques joueurs de Feutcheu, mais je vais laisser tomber car Joseph Feutcheu ne veut pas payer. Il m’a beaucoup menti, et veut toujours tout gratuitement.»

De retour au Cameroun ?

Soner Erdurmus n’est aucunement opposé à un retour au Cameroun, mais conditionne cet éventuel come-back par le paiement de son salaire et un engagement contractuel en bonne et due forme : «le président m’a fait beaucoup de tort. Je suis allé au Cameroun pour travailler, et chaque travail mérite un salaire. S’il veut que nous poursuivions la collaboration, il doit d’abord payer mon salaire et me faire signer un contrat. J’ai pour le moment suspendu les transferts, de joueurs, car il faut qu’il me paye d’abord» indique l’ancien entraîneur de Bursaspor. 

Soner Erdurmus et Joseph Feutcheu nous livrent là un énième épisode d’une série consacrée malversation des présidents de clubs camerounais. Si le turc est formel sur la théorie de l’abus de confiance et de l’escroquerie, toutes nos tentatives pour avoir la version des faits de la direction du club se sont heurtées à une omerta à nul autre pareil. Ceci pouvant peut-être expliquer cela, notre responsabilité à nous commence et s’arrête à la restitution des faits tels que racontés par le concerné; bien que selon toute vraisemblance l’affaire soit loin d’être classée.

Le premier magazine 100% football au Cameroun

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A VOIR AUSSI DANS CAMEROUN