" > CRISE LFPC-SYCEC : BRAS DE FER ET PING PONG A CIEL OUVERT – CFOOT MAG
Connect with us

CAMEROUN

CRISE LFPC-SYCEC : BRAS DE FER ET PING PONG A CIEL OUVERT

CRISE LFPC-SYCEC : BRAS DE FER ET PING PONG A CIEL OUVERT

Sharinc is caring

Malgré la crise qui traverse la Ligue de football professionnel du Cameroun et dont l’apogée a été atteint samedi dernier avec le boycott du démarrage du championnat, les différentes parties prenantes ne semblent pas animées par la nécessité de fléchir leur position. Au contraire, c’est le bras de fer qui prévaut, chacune se prévalant d’être dans son bon droit. C’est suivant cette dynamique que le général Pierre Semengue feint d’ignorer le dénouement malheureux du faux départ et programme la deuxième journée comme si de rien n’était. Le patron de la Ligue fait savoir que l’institution qu’il dirige tirera les conséquences du boycott survenu.

Une déclaration qui sonne comme une mise en garde, mieux encore, une menace brandit à l’endroit des clubs absents lors des rencontres de la première journée du championnat. C’est que ceux-ci pourraient bien écoper de sanctions. Du côté du Syndicat des clubs d’élite du Cameroun (Sycec) Franck Happi son président indique que les conséquences doivent aussi être tirées à savoir principalement que le championnat n’a pas démarré. Le président du conseil d’administration de l’Union sportive de Douala précise également que l’assemblée générale exigée avant le lancement de la compétition n’était pas le seul préalable au kick off de la saison sportive à la ligue. 

Aussi a-t-on appris, toujours selon Franck Happi qui intervenait sur les ondes d’une station radio basée à Douala, que la tension au sein de Ligue aurait pu être pire depuis longtemps mais l’exigence des préparatifs de la CAN 2019 commandait de tempérer les ardeurs afin de ne pas écorner l’image du Cameroun. 

Le premier magazine 100% football au Cameroun

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A VOIR AUSSI DANS CAMEROUN