" > CHRONIQUE : AHMAD AHMAD, CE REVANCHARD ? – CFOOT MAG
Connect with us

CAN 2019

CHRONIQUE : AHMAD AHMAD, CE REVANCHARD ?

CHRONIQUE : AHMAD AHMAD, CE REVANCHARD ?

Sharinc is caring

Ce qui se disait « sous le manteau » vient d’être officialisé. En effet, depuis que le Malgache a été élu en mars 2017 comme le nouveau président de la Caf au lieu et place de l’inamovible camerounais, Issa Hayatou, il fallait faire quelque chose concernant la distribution des pays qui devaient organiser les différentes CAN.

À vrai dire, nombreux sont les membres de la CAF qui n’étaient pas d’accord avec le choix fait par le Camerounais en « offrant » la CAN à son pays, mais aussi à la Côte d’Ivoire et à la Guinée… Hayatou a fait vite avant l’élection d’un nouveau président. L’Algérie, à titre d’exemple, qui n’avait pas organisé une CAN depuis 1990 n’a pu le faire en 2017. On avait tout fait pour la faire perdre. Les autres, par contre n’ont pas eu de problèmes malgré le fait qu’ils l’ont organisé à plusieurs reprises. Quelque part, on avait compris qu’il y avait une certaine main mise induite par les organisateurs eux-mêmes. 

En effet, la CAN est devenue une «grosse affaire» pour certains,  notamment pour Darmond, Lagardère, Orange et surtout Total qui est un sponsor de cette compétition comme l’est Coca Cola pour la Coupe du monde et même la CAN à une certaine époque. Il faut dire que pour la vente des droits TV sur une longue durée, la CAF avait réussi un contrat pour le moins «juteux» dépassant le 1 milliard de dollars. Une somme qui donne le tournis. C’est-à-dire qu’elle peut aider le football africain à se développer d’une manière fort intéressante au lieu de rester à la traîne. C’est ce qui explique que les joueurs africains préfèrent aller voir ailleurs pour évoluer dans des clubs plus ou moins huppés. On avait même parlé, il y a quelques temps, des jeunes Africains qui sont à leur jeune âge placés dans les centres de formation des clubs européens qui dominent de par le monde. Là, un certain Georges Weah, président du Libéria, avait fait de ce sujet son «dada», eu égard au fait que cela le touchait personnellement. 

Ceci dit, Issa Hayatou qui avait rejoint l’organisation de la CAN de son pays en tant que conseiller et même président d’honneur, eu égard à son «aura» dans son pays avait aussi avec lui un certain Samuel Et’oo. Si aujourd’hui on vient d’officialiser le retrait de l’organisation de la CAN- 2019 au Cameroun, cette information était dans l’air depuis déjà plusieurs mois. On savait que le nouveau président de la CAF n’avait pas Hayatou dans son cœur, mais d’autres raisons plus objectives sont venues s’y «greffer». Certes, sur le plan infrastructurel, le Cameroun peut organiser cette CAN, mais….

Le vrai problème reste lié à des considérations sécuritaires. Ce n’est plus une vue de l’esprit comme il est dit suite à la réunion du Comité exécutif de la CAF : «La phase finale de la Coupe d’Afrique des nations-2019 (15 juin-13 juillet) n’aura pas lieu au Cameroun, a décidé la Confédération africaine de football, vendredi dernier à Accra. Le Comité exécutif de l’instance africaine réuni sous la présidence du Malgache Ahmad Ahamd a estimé que le Cameroun ne sera pas en mesure d’organiser la CAN-2019. «Aujourd’hui nous avons pris la décision de retirer la CAN-2019 au Cameroun». 

Les candidatures pour le suppléer en plein vol ont été ouvertes avec une échéance d’un mois (31 décembre). D’ici là, on verra plus clair. Deux candidats, le Maroc et l’Afrique du Sud, en attendant d’autres, sont déjà annoncées. De toutes les façons, le Maroc et l’Afrique du Sud sont les mieux placés pour le moment. Pour les observateurs et autres «bookmakers», le Maroc tient la «bonne corde», même s’il faudra s’attendre à des surprises. Toujours est-il, tout le monde s’attend à ce que la prochaine CAN-2019 soit une grande réussite en dépit des «remous» de dernières minutes…

Le premier magazine 100% football au Cameroun

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A VOIR AUSSI DANS CAN 2019