" > CAF AWARDS 2019 : AUTOPSIE D’UNE MOISSON MITIGÉE ET IMPROBABLE – CFOOT MAG
Connect with us

AFRIQUE

CAF AWARDS 2019 : AUTOPSIE D’UNE MOISSON MITIGÉE ET IMPROBABLE

Sharinc is caring

Pourtant optimiste sur la capacité des représentants Camerounais à faire un 100℅, la team Cameroun s’en sort avec une note en dessous de la moyenne. Une seule récompense obtenue sur les trois escomptées, les ambassadeurs vert-rouge-jaune gardent un goût plutôt “acide” de la cérémonie des Awards du Football Africain tenue le 7 janvier dernier au Caire : Autopsie d’un “échec” inattendu.

Les couleurs avaient été annoncées quelques semaines plus tôt, avec la désignation du quadruple Ballon d’Or africain, le Camerounais Samuel Eto’o Fils comme maître de cérémonie. Une première dans l’histoire, et certainement calquée sur l’exemple de la cérémonie du Ballon d’Or France Football tenue quelques semaines plus tôt avec à la  présentation l’Ivoirien Didier Drogba. D’un coup d’essai, la Confédération africaine de Football a réussi un coup de maître, car à l’unanimité la prestation de Samuel Eto’o a reçu mention honorable. Si la présence de l’ancien capitaine des lions indomptables à la présentation de la cérémonie annonçait pour certaines les couleurs du sacre de l’ensemble de la team Cameroun, les électeurs des CAF Awards ne l’ont quant à eux pas saisi de cette oreille. 

Un bilan très mitigé

En jetant un coup d’oeil sur la moisson de la Team Cameroun, certains observateurs ont crié au scandale, d’autres à la logique des urnes, car les Caf Awards restent avant tout un suffrage universel, avec ce que cela implique comme éléments de subjectivité.  Et la deuxième option est celle qui semble s’être confirmée, car le plus grand espoir de la Team Cameroun, Nchout Njoya Ajara, a été relégué au deuxième rang du ballon d’or féminine derrière la Nigériane Asisat Oshoala, Alain Djeumfa n’a pas réussi à être meilleur entraîneur des sélections féminines, alors que son équipe elle, a été sacrée meilleure sélection nationale féminine.

Le Cameroun s’en sort aussi avec la présence d’André Onana dans l’Onze type de la CAF. Difficile à digérer, reste plus qu’à se consoler les uns les autres: « c’est vrai qu’il voulait comme nous tous ramener ce trophée au pays, mais je l’ai trouvé plus fort que moi; c’est d’ailleurs lui qui est venu vers moi pour me consoler. » nous disait Njoya Ajara sur sa rencontre avec Alain Djeumfa quelques minutes après la cérémonie. Moisson mitigée donc pour le Cameroun, mais le plus important sera à coup sûr de revenir plus fort l’an prochain.

Des leçons à tirer ?

Il est évident que l’échec en toute situation a toujours la particularité de mieux préparer aux échéances futures. On pourrait même voir en ce mot (échec)  une forme de sévérité car les représentants Camerounais s’en sont sortis sur le podium, toute chose qui sonne quand même comme étant honorable, bien qu’au pays, on s’attendait à mieux, beaucoup mieux d’ailleurs. On peut retenir qu’à la réalité l’optimisme du peuple seul ne suffit pas à faire gagner le ballon d’or. Il se gagne sur le travail au quotidien et ne se confirme qu’après la lecture du nom du vainqueur lors de la cérémonie. 

Aussi, on peut être meilleure joueuse de la meilleure équipe et pas être meilleure joueuse du continent. Bien plus encore, on peut manager la meilleure équipe, l’amener à des résultats inespérés, sans être le meilleur entraîneur. Il faudra simplement pour la Team Cameroun revenir plus forte l’an prochain, et cela passera pour l’exemple de Njoya Ajara par le franchissement d’un cap, en allant dans un bien meilleur championnat par exemple. 

Le premier magazine 100% football au Cameroun

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A VOIR AUSSI DANS AFRIQUE