" > ARRÊT DU CHAMPIONNAT : LES JOUEURS RACONTENT LEUR QUOTIDIEN – CFOOT MAG
Connect with us

CAMEROUN

ARRÊT DU CHAMPIONNAT : LES JOUEURS RACONTENT LEUR QUOTIDIEN

ARRÊT DU CHAMPIONNAT : LES JOUEURS RACONTENT LEUR QUOTIDIEN

Sharinc is caring

Sans entraînements collectifs depuis l’arrêt du championnat pour cause de Coronavirus, les joueurs d’Elite One sont en plein confinement dans leurs domiciles respectifs; toute chose qui modifie radicalement leur quotidien.

Rien n’est plus comme avant! Pour la quasi-totalité des joueurs d’Elite l’on compte désormais les minutes et les heures en espérant voir la nuit tomber. Loin du rythme hyper soutenu du championnat cette saison avec des entraînements collectifs et surtout des matchs tous les trois jours, les jours se suivent et se ressemblent désormais pour tous les joueurs. THIERRY AKONO attaquant As Fortuna : «Les entraineurs nous ont donné des recommandations sur le maintien de la forme, et personnellement j’essaye de suivre ces recommandations pour me maintenir en forme. Je reste en famille, je fais des exercices physiques tel que prescrits par le staff. Il est important pour nous tous de respecter les mesures du gouvernement car nos vies en dépendent» recommande l’attaquant de As Fortuna, Thierry Akono Akono. Une situation qui n’est en rien loin de celle de Léon Boyomo «je suis cloîtré chez moi en confinement avec ma famille et tous les matins je fais mon footing et des exercices pour garder la forme.»

Si à l’As Fortuna et à Pwd de Bamenda les joueurs maintiennent la forme individuellement, les joueurs de Feutcheu fc n’ont rien changé à leur rythme habituel; c’est pour le moins ce que nous révèle Jacques Eloge Ebene, milieu de terrain du club : «J’ai l’avantage d’être dans un club où les entraînements se poursuivent malgré le Coronavirus. Nous devons rester responsables et ne sortir que lorsque c’est nécessaire.»

À Bamboutos de Mbouda la situation est bien plus complexe. Avec des mois de salaire impayés, les joueurs sont livrés à leur propre sort. Difficile de s’entraîner avec des mois de salaire impayés, conjugués à des primes qui n’existeraient plus au sein du club depuis des mois avant la pandémie. S’exprimant sous anonymat, ce joueur des Mangwaboys nous raconte ici son calvaire : «C’est triste ce qui nous arrive pendant cette trêve. On ne savait pas que c’est comme ça qu’ils allaient faire. L’administration nous a carrément tourné le dos depuis l’arrêt du championnat. Il est impossible pour la plupart de mes coéquipiers et moi de trouver la motivation pour s’entraîner individuellement dans ces conditions. Personnellement je me lance au footing de temps en temps sans réelle pression…» nous a-t-il confié.

La situation n’est donc pas très différente pour la plupart des joueurs. En fonction de la gestion administrative en ces temps de crise, les joueurs maintiennent le rythme d’entraînement individuel chacun dans la stricte limite de sa motivation. L’unique certitude que l’on puisse avoir est que, les joueurs pour la très grande majorité sont en famille. Il faudra de toute façon une préparation spéciale pour les uns et les autres à la reprise pour être au top avant d’amorcer la dernière ligne droite.

Alain Denis Ikoul

Le premier magazine 100% football au Cameroun

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A VOIR AUSSI DANS CAMEROUN