" > QUE DEVIENT LE COMPLEXE SPORTIF MARC-VIVIEN FOE ? – CFOOT MAG
Connect with us

CAMEROUN

QUE DEVIENT LE COMPLEXE SPORTIF MARC-VIVIEN FOE ?

QUE DEVIENT LE COMPLEXE SPORTIF MARC-VIVIEN FOE ?

Une bonne partie de cet espace de plusieurs hectares est destinée à la culture du maïs, alors qu’une autre est envahie par de hautes herbes ; le bâtiment se détériore progressivement.

Il y a 17 ans, Marc-Vivien Foé mourait au stade de Gerland, en France le 26 juin 2003. Le numéro 17 de l’équipe nationale du Cameroun reste présent dans les mémoires. Au quartier Biteng, lieu-dit Maetur, où est implanté son complexe, on prépare des manifestations pour lui rendre hommage. A côté de la sépulture, des chaises en plastique se comptent par dizaine. Certaines sont occupées par des jeunes du quartier. Au cœur des échanges
« les activités en hommage à Marc-Vivien Foé ». Norbert Joël Mvogo, un membre de la famille, nous apprend qu’une messe sera dite en la mémoire du défunt ce jour en soirée. Une rencontre de football est également au programme. Elle mettra aux prises, des jeunes du quartier à certains membres de la famille du disparu.

Un complexe en ruine
Pour réchauffer un peu l’entrée du Complexe sportif, des membres de la famille ont installé un woofer assorti de deux petits baffles, pour animer cette matinée de veillée face aux infrastructures en état de décrépitude. La statue du Lion Indomptable qui vous accueille de loin, a perdu sa brillance. Le bâtiment a lui aussi connu la violence du temps ; sa blancheur d’antan a disparu. Une partie de l’édifice abrite les services du Commissariat de sécurité publique du 20ème arrondissement de la ville de Yaoundé. La sépulture du défunt en ce 25 juin était propre et les alentours bien dégagés. « On lave la tombe chaque mois. S’il pouvait se réveiller et voir comment ses biens sont en train de pourrir », pleure Norbert Joël Mvogo. Le rêve de Jean Fabrice Messina d’intégrer le Complexe une fois achevé s’est évanoui : « C’était une idole pour nous. Je devais intégrer le Centre ». Jusqu’ici, la famille essaie d’entretenir cet espace de plusieurs hectares dominé par la culture du maïs, les hautes herbes etc. Les travaux du Complexe sportif ne sont jamais allé jusqu’à son terme. Le grand projet qui devait sortir des terres s’est évaporé.

La mémoire
Le stade, situé en contrebas du bâtiment, sert d’espace de jeu à plusieurs académies de football. Même certains établissements secondaires y font régulièrement des activités sportives. « Il faut lui rendre un grand hommage. Il est mort pour son pays. Un stade peut porter son nom par exemple », confie Janvier Olivier Nlend. Dans l’optique de rendre sa mémoire pérenne, Radio France internationale (Rfi) a créé en 2009, le prix Marc-Vivien Foé. Il récompense chaque année, le meilleur joueur africain évoluant en France. « La France a une relation étroite avec son histoire et la mémoire. France 24 et Rfi valorisent vraiment la mémoire de Marco contrairement à son propre pays », confie David Mbah, enseignant. Jean Fabrice Messina implore l’Etat à s’impliquer dans la rénovation de ce complexe.

Le Jour

Le premier magazine 100% football au Cameroun

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A VOIR AUSSI DANS CAMEROUN